Ride trip : Tour d'Europe des bike parks

Roadtrip VTT et rando en Écosse

By 22 septembre 2017 Destinations et bike-parks, En voyage

À la suite de notre passage au Pays de Galles, nous étions impatients de voir enfin par nous-même la beauté reconnue des paysages d’Écosse. Et nous n’avons pas été déçus, car cette nation ressemble en tout point à l’idée que nous nous en faisions. Le VTT n’étant pas en reste dans ce pays, nous avons pu pratiquer notre sport favori au milieu d’une nature sauvage et préservée.

 

Le parc national du Loch Lomond

Depuis le Pays de Galles, nous avons traversé sur l’autoroute le Nord de l’Angleterre. Après avoir passé la ville de Glasgow en Écosse, nous sommes entrés dans ce parc national qui entour un lac touristique au bord duquel nous avons dormi. De belles montagnes étaient visibles en toile de fond, ce qui nous laissait à penser que le parc nous réservait d’autres beaux paysages.

Le lendemain, nous avons longé le lac avant de prendre en direction de la côte ouest de l’Écosse. C’est là que nous avons pu prendre toute la mesure de la beauté sauvage écossaise : la route passe au milieu de lacs et de montagnes sauvages dont les couleurs varient au fil des heures et de la météo. C’est un de ces endroits  préservés et presque déserts qui nous rappellent les parcs naturels du Pays de Galles.

 

Tayvallich et l’île de Jura

Nous ne pouvions pas séjourner en Écosse sans partir à la découverte d’une des fameuses îles au large de ses nombreuses côtes. C’est l’île de Jura que nous avons choisi, parce qu’elle est peu touristique et possède des montagnes sauvages, mais aussi parce qu’elle porte le même nom que notre département d’origine en France. Nous ne pouvions donc pas louper ça.

Notre clin d’oeil au département du Jura sur l’Ile de Jura

Pour s’y rendre, on peut passer par sa sœur jumelle, l’île d’Islay, ou bien réserver une place sur le Jura Passenger, un bateau touristique que l’on peut prendre à Tayvallich, petit village de pêcheurs très joli et loin de tout. Nous avons donc décidé de passer la nuit dans le seul camping du village.

Le lendemain malheureusement nous avons loupé le ferry car il part à l’heure exacte sans attendre une minute. Nous avons donc décidé de faire du vélo dans la réserve qui se trouve au fond de la presqu’île sur laquelle se trouve Tayvallich (et de réserver à nouveau le ferry pour le lendemain). Cette réserve d’est avérée très jolie, nous avons même pu voir les îles alentours depuis une colline, ainsi que rouler jusqu’au bord de la mer. C’est vraiment un endroit tranquille et peu touristique pour passer ses vacances en toute sérénité.

Vue en drône sur le village de Tayvallich et la réserve

Le lendemain, nous étions à l’heure pour monter dans le petit bateau qui nous a menés sur l’île de Jura en moins d’une heure. La traversée est très agréable, on passe devant des côtes et des petites îles, c’est très beau.


Arrivés sur l’île, on nous a donné l’heure de rendez-vous pour le retour, et nous avons commencé à marcher sur la seule route principale. Nous souhaitions voir les « Paps of Jura » depuis le bas. Ce sont 3 montagnes qui se trouvent sur l’île et sur lesquelles il est possible de grimper en marchant plusieurs heures. Malheureusement nous n’avions pas le temps car nous devions reprendre le ferry et le seul hôtel de l’île était complet. Nous avons donc marché dans la même direction pendant 1h30 lo long de la mer jusqu’à arriver sur un petit pont très joli, avec la vue sur les montagnes.

Un petit coup de drône pour immortaliser tout cela et nous étions déjà repartis : Nous souhaitions passer à la distillerie de l’île avant de la quitter, afin d’emporter avec nous une bouteille de leur fameux Whisky.

Distillerie et hôtel de l’île du Jura

 

Fort William et le Nevis Glen

À la suite de cela, nous avons pris la route en allant vers le nord, direction la ville touristique de Fort William. Non seulement située en bord d’un loch (un estuaire) de l’ouest de l’Écosse, elle est aussi surplombée par plusieurs montagnes dont le plus haut sommet du Royaume Uni, le Ben Nevis.
Au pied de l’une de ces montagnes, à quelques kilomètres de Fort William, il existe une station de sports d’hiver qui est aussi active en été : Nevis Range. Elle propose d’utiliser les remontées mécaniques pour partir randonner ou pour dévaler deux descentes de VTT : Les fameuses pistes de vélo de descente et cross country de la coupe du monde UCI. Ce sont donc deux pistes réservées aux riders de très bon niveau. Mais le Bike park de Nevis Range propose aussi des pistes balisées en cross country pour tous niveaux au départ du parking, ainsi qu’un shop VTT et des douches payantes.

Le Bike park de Fort William est donc un bon spot de VTT DH et XC, et Alex a pu réaliser le rêve de rouler sur la trace des plus grands, comme il l’avait fait à Lenzerheide, Léogang ou encore Val di Sole. De plus le paysage en haut est magnifique et nous avons également pu randonner pour voir le Ben Nevis de plus près.

 

DH Farm et la côte Est

C’est par hasard que nous sommes tombés sur le site du petit bike park DH Farm, qui se situe à l’Est de l’Écosse. Nous savions qu’il ne proposait pas de remontées mécaniques ou en 4×4 hors événements, mais dans ce cas il faut payer uniquement le parking 7 livres et la perspective de visiter une autre région du pays nous tentait. Nous avons donc décidé d’ajouter cette étape au dernier moment.
Arrivés sur place, on se rend compte que c’est en effet un tout petit bike park au-dessus d’une ferme. Le propriétaire nous explique que c’est son fils qui a eu l’initiative de shapper des pistes pour assouvir sa passion du VTT DH et la partager avec les riders locaux. Aujourd’hui ce fils a une famille mais ils ont toujours le projet de développer les installations du bike park qui se limitent pour l’instant à deux pistes rouges qu’il faut remonter à pied, et à un barbecue.
Alex a pu tester ces pistes, et il a apprécié le nombre de sauts qui récompensent le trajet heureusement assez court pour remonter en poussant le vélo. L’ambiance est également sympa et l’accueil chaleureux.

Pour résumer, pour l’instant ce bike park vaut le coup uniquement si il nécessite un petit détour sur votre route. À voir par la suite mais le potentiel est là. Surtout qu’il est rare de voir la mer depuis le haut des pistes, comme c’est le cas à DH farm !

 

Nous avons d’ailleurs fait un petit crochet par la côte en repartant. Elle n’est qu’à quelques minutes du DH farm, de plus le coin est magnifique et peu touristique.

 

Il a fallut retraverser toute l’Ecosse dans sa largeur en passant par Glasgow pour atteindre CairnRyan, le petit village où nous devions prendre le ferry pour nous rendre en Irlande. Même si de nouvelles aventures et de nouveaux paysages nous attendaient, nous étions peinés de quitter l’Écosse, une des meilleures étapes de tout notre voyage.

You Might Also Like

No Comments

    Leave a Reply